[Vélo] En 2021, la Belgique enregistre presque 7 fois plus d'accidents de vélo que ses pays voisins

Avec le Covid-19, de nombreux citadins en Europe se sont tournés vers le vélo comme mobilité du quotidien, phénomène amplifié par l’essor du vélo électrique. Ce qui n’est pas sans poser un certain nombre de défis en matière d’accidentalité, de vols, et d’encadrement de cette pratique dans l’espace urbain.

A l’occasion de la journée mondiale du vélo, HelloSafe et Réassurez-moi ont souhaité voir ce qu’il en était en Europe, via une analyse comparative des chiffres entre trois pays : la France, la Belgique et la Suisse.

Un léger regain de +8,6% des ventes de vélo en Belgique depuis le début du Covid-19

La pandémie mondiale et les confinements qui y sont liés ont eu des effets notables sur divers indicateurs économiques dans chaque pays, notamment les ventes de vélo. D'habitude largement en tête devant ses pays voisins, la Belgique a enregistré une diminution de près de 20% des ventes en 2019. Mais le marché belge du vélo connaît un léger regain de +8,6% en 2021 comparée à 2019 avec 5 379 unités vendues (pour 100 000 habitants).

*L’index des ventes de vélo en Belgique en 2021 est donné à titre provisoire. Il sera mis à jour une fois que le chiffre officiel sera publié.

De son côté, la Suisse affiche une nette hausse de ses ventes avec une augmentation de +33,7% entre 2019 et 2021, pour atteindre 5 666 vélos vendus en 2021. La France quant à elle connaît une augmentation moindre mais constante entre ces mêmes années (+5,2%) avec 4 144 vélos vendus l'an dernier.

Les sinistres : la Belgique reste championne des accidents mais enregistre une nette diminution de vélos volés

HelloSafe et Réassurez-moi se sont penchés sur les deux principales causes de sinistralité qui touchent les vélos : les accidents et le vol de vélos.

Les Belges ont en moyenne 5 fois plus d’accidents de vélo que les Suisses et 9 fois plus que les Français

Avec des ventes de vélo qui ont connu une certaine augmentation suite à la pandémie, les accidents devraient aussi proportionnellement augmenter, ou du moins, être constants. On retrouve cet état de fait autant en Belgique, qu’en France ou qu’en Suisse. Les accidents mis en avant dans cette étude comprennent les accidents mortels et les blessés légers ou graves à la suite d'un accident de vélo.

*L’index des accidents impliquant des vélos en France en 2021 est donné à titre provisoire. Il sera mis à jour une fois que le chiffre officiel sera publié.

On remarque que la Belgique arrive largement en tête sur le nombre d'accidents à vélo depuis 2016. En effet, l'an passé on y a recensé 4,92 fois plus d'accidents qu'en Suisse (69 contre 14), et 8,62 fois plus d'accidents qu'en France (69 contre 8).

Une baisse de -66% du vol de vélos en Belgique depuis le début de la pandémie

Sur ce type de sinistre, les résultats sont bien différents de ceux des accidents de vélo. En effet, la France arrive en première position, suivie de près par la Belgique. La Suisse quant à elle, a une criminalité très basse assez connue qui pourrait être à l’origine de ces chiffres peu élevés.

Durant la pandémie, le vol de vélos a grandement diminué en Suisse et en Belgique, et a contre toute attente augmenté en France. Il est pertinent de noter que les évolutions de vol total avant et après pandémie n’ont pas été les mêmes entre pays voisins :

Une législation différente des vélos électriques selon les pays

Depuis quelques années, les vélos électriques gagnent de plus en plus en popularité au dépend des vélos classiques, et la législation qui encadre ces derniers peut varier selon le pays étudié. Il existe en effet plusieurs catégories de vélos électriques dans chaque pays qui engendrent des différences du point de vue législatif. Ainsi, la Belgique organise sa législation sur trois catégories de cycles motorisés, alors que la Suisse et la France en possèdent deux différentes :

Catégorie de cycleBelgiqueSuisseFrance
Catégorie 1Vélos électriques dont le moteur ne dépasse pas les 250W de puissance nominale.Vélos électriques dont le moteur ne dépasse pas les 250W de puissance nominale.Vélos électriques dont le moteur ne dépasse pas les 500W de puissance nominale.
Catégorie 2Vélos électriques dont le moteur ne dépasse pas les 1000W de puissance nominale.Vélos électriques dont le moteur est supérieur à 250W de puissance nominale.Vélos électriques dont le moteur ne dépasse pas les 1000W de puissance nominale.
Catégorie 3Vélos électriques dont le moteur est supérieur à 1000W de puissance nominale et va jusqu’à 4000W.
Comparaison des différentes catégories de cycles motorisés par pays

La législation du vélo “Lundi 27” par pays

Afin de comprendre les différences de législation qui séparent chaque pays, HelloSafe et Réassurez-moi se sont basés sur l’un des vélos électriques urbains le plus vendu dans les pays francophones : le "Lundi 27" de la marque Moustache Bike. Il possède une puissance motrice nominale de 250W permettant à son utilisateur de se déplacer sans fournir d’effort grâce à l’assistance électrique qui s’actionne au pédalage. 

PaysVitesse maximalePermisÂge minimum obligatoireProtectionRéglementation
Belgique25 km/h///Code de la route pour cycles
Suisse25 km/hPermis M (vélomoteur) obligatoire entre 14 et 16 ans14 ans/Code de la route pour cycles
France25 km/h//Casque obligatoire pour les enfants de moins de 12 ansCode de la route pour cycles
Comparaison des obligations encadrant l'utilisation du vélo "Lundi 27" par pays

Dans ces trois pays, la vitesse maximale de l’assistance électrique est limitée à 25 km/h et le code de la route pour cycles est obligatoire. Pour conduire ce type de cycle motorisé en Belgique comme en France, il n’est pas nécessaire de passer de permis pour conduire ce type de véhicule et la restriction d’âge n’est pas définie. Contrairement à la Suisse où il est impératif d'être âgé d'au moins de 14 ans et de posséder un permis de conduire vous permettant de rouler en cyclomoteur léger.

Les assurances relatives aux vélos électriques jusqu’à 250W selon les pays

Au même titre que les catégories de cycles et la législation, les assurances relatives aux vélos électriques sont différentes pour ces trois pays :

AssuranceBelgiqueSuisseFrance
Assurance de baseIl n'est pas obligatoire de souscrire une assurance.
L'assurance RC familiale peut couvrir le cycliste.
L'assurance Responsabilité Civile (RC) ou l'assurance ménage (qui ne sont pas obligatoires pour ce type de véhicule) peuvent couvrir le cycliste.Aucune assurance n’est obligatoire.
La RC incluse dans le contrat MRH couvre le cycliste.
Assurance à souscrireIl est possible de souscrire une assurance vélo omnium qui permettra au cycliste de se protéger en cas de vol ou de dommage sur son vélo.L’assurance casco couvre le cycliste et ses équipements en cas d’accident. Il est également recommandé d’ajouter le module "vol à l'extérieur" au contrat d'assurance.Ajouter une garantie accident permet au cycliste de se couvrir en cas de dommages ou de réparations sur son vélo.
Il est également recommandé d’ajouter le module "vol à l'extérieur" au contrat MRH.
Comparaison des assurances relatives aux vélos électriques jusqu'à 250W par pays

Souscrire une assurance reste donc optionnel dans ces trois pays voisins. Cependant, il est préférable de limiter les risques en ajoutant au contrat d’assurance Responsabilité Civile des modules permettant de se prémunir contre les vols ou les dommages causés au vélo


Méthodologie

Cette étude a été co-réalisée par les équipes éditoriales de HelloSafe et de Réassurez-moi afin de comparer le marché du vélo en France, en Belgique et en Suisse et de croiser des expertises transfrontalières. Les données sont propres à chaque pays de 2016 à 2021, et sont basées sur un index de 100 000 habitants pour un souci de proportionnalité entre ces différents pays. Cette étude est basée sur des informations issues de sources publiques et privées en France, en Belgique et en Suisse qui incluent notamment : Traxio, Statbel, Agoria, Union Sport Cycle, Vélo Suisse, Vias, Onisr, Confédération Suisse, Police Fédérale Belge, Interieur.gouv.

À propos de HelloSafe

HelloSafe est un courtier en assurances dont l’objectif est de révolutionner son marché en donnant accès au public aux meilleures offres en un minimum de temps. Le groupe HelloSafe est financé par Blue, une société de capital-risque des technologies de l’assurance. Blue soutient déjà Coover et Réassurez-moi, deux leaders français de la comparaison d’assurance. De fait, ces deux plateformes aident chaque année plus de 10 millions de français à choisir une assurance chaque année. La plateforme de comparaison unique développée par HelloSafe donne accès à des centaines de devis d’assurance sans obliger le visiteur à laisser un numéro de téléphone ou un courriel. Cet outil est l’aboutissement de quatre années d’un travail acharné, et se trouve désormais déployé en Suisse, au Canada, en Belgique, au Royaume-Uni, en Espagne, au Mexique et au Maroc.

À propos de Réassurez-moi

N°1 des courtiers d’assurance en ligne, Réassurez-moi est une insurtech qui œuvre depuis bientôt 10 ans afin de trouver la meilleure assurance au meilleur prix. Grâce à ses algorithmes uniques développés en interne, Réassurez-moi peut comparer en quelques clics les différentes caractéristiques des contrats d’assurance selon les profils et proposer la solution la moins chère avec les meilleures garanties. 100% indépendant et 100% digital, Réassurez-moi n’est lié à aucune banque et est très attentive au choix de ses partenaires. Avec un nombre de visiteurs annuel dépassant les 16 millions, Réassurez-moi se place comme le premier courtier d’assurance 100% digital en France.

Vous pouvez consulter toutes les études de Réassurez-moi en cliquant ici

Pour toute demande, veuillez contacter :

img 5664 2 1

Astrid Roussel
Chargée des relations presse et communication chez HelloSafe Belgique

Posez une question, un expert vous répondra
Votre nom est requis
Il est nécessaire de remplir ce champ